Zhangjiajie (Hunan) – Vous prendrez bien un peu de nature ?


Nous quittons Jishou par le train. Réservation du ticket 2h avant le départ. Salle d’attente bondée. On a de la chance d’avoir un ticket, étant donné la fréquentation lors de la Golden Week.

Zhangjiajie est l’un des lieux les plus touristiques de Chine, tout comme Fenghuang. Ici, l’attraction principale, c’est le parc naturel de Wulingyuan. Les chinois viennent de tout le pays pour le visiter. Et les taxis l’ont compris : arrivée à la gare, c’est simple : le compteur est éteint, le conducteur de taxi fixe son prix. Soit tu acceptes, soit tu rejoins ton auberge à pied, sac sur le dos, à la tombée de la nuit. Pas de négociation possible. Il faut parfois accepter la défaite.

3 albums photos vous aideront à mettre des images sur notre récit.

Toute la visite en images ici

Logement

         A première vue, la ville semble calme et propre, rien à voir avec Jishou ou d’autres grandes agglomérations. L’auberge Zhongtian International Youth Hostel nous offre un confort auquel nous n’avons pas vraiment été habitués durant ce périple: personnel anglophone, disponible et serviable, accès wifi + 2 PCs en libre service, nombreuses informations sur les déplacements à venir et possibilité de réserver un trajet en bus directement à l’accueil, chambres propres et spacieuse (toute proportion gardée), toilettes à l’occidental (!!), douche chaude (!!), vente de carte membre YH (50Y), espace détente avec jeux de sociétés, bouquins en tout genre, flyers de toutes les auberges de jeunesse du pays, bières à 5Y…etc. Tout ça pour 98Y la chambre double (pour les détenteurs de la carte membre, sinon 128Y). Si besoin des coordonnées, vous pouvez en faire la demande via la page facebook de Rions Cantonais

Salon auberge zhangjiajie

Espace Détente de l'Auberge

Une soirée à Zhangjiajie

         On s’arrête dans un petit restaurant local pour se ravitailler. Qui dit local dit carte toute en chinois. Alors on procède comme on l’a souvent fait durant ce voyage : regarder ce que mangent les clients et commander les plats qui nous font envie en les montrant au serveur. (On sait, c’est pas poli!). Ce soir là, ce sera brochettes de poulet, raviolis vapeur, pomme de terre (très) épicées et riz sauté. Précisons que la cuisine du Hunan est une cuisine particulièrement épicée. Certains disent qu’elle ne l’est pas autant que celle du Sichuan (un peu plus au nord ouest), mais les habitants du Hunan ne sont pas de cet avis.  En tout cas,  on peut vous garantir que c’est la cuisine la plus relevée qu’on ait gouté jusqu’à maintenant, en témoignent nos larmes et notre nez rouge lorsqu’on termine nos plats Hunanais ! Contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est tout aussi épicé pour les chinois, mais bien qu’ils pleurent et se mouchent autant que nous, ils aiment ça et ne bronchent pas.

Pour digérer, ce sera cours de danse en extérieur ! Les chinois aiment se retrouver sur des places publiques et réaliser des chorégraphies qu’ils connaissent sur le bout des doigts (de pieds?). C’est fascinant de les voir enchainer les pas, tous en rythme et synchronisés, dès les premières notes de musique. Ce soir là, on s’essaye à quelques pas, difficilement, mais avec les encouragements du public ; il faut beaucoup de pratique pour connaitre les enchainements !

Diapo photo par ici !

Le Parc Naturel de Wulingyuan

         Le lendemain matin, départ pour le parc de Zhangjiajie, ou plus exactement de Wulingyuan. Il se trouve à 30km de la ville, et le trajet dure 50min via un bus que l’on prend à la gare routière de la ville de Zhangjiajie (10Y). Attention, le bus n’est pas le même selon l’entrée du parc par laquelle vous voulez entrer. 2 entrées, 2 bus. Se renseigner à l’accueil de l’auberge.

Le parc naturel de Zhangjiajie (160 Y pour les étudiants ; 245 Y pour les adultes // Ticket valable 2 jours) est le premier parc naturel chinois et fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce National Forest Park est gigantesque et offre de nombreuses possibilités de randonnée. Certains embauchent un guide pour les 2 jours (environ 200Y), ce que l’on déconseille pour les petits budgets et les plus voyageurs indépendants. Une bonne carte suffit (5Y à l’accueil de l’auberge), et demander son chemin de temps en temps ne fait pas de mal et permet de sympathiser.

Parenthèse « protection de la nature »

         Une des choses qui nous a marqué tout au long de nos ballades dans ce parc, ce sont les nombreux panneaux qui invitent le touriste à considérer la nature comme un espace à respecter et à protéger. Ces messages éducatifs nous ont paru assez précurseurs en Chine, dans le sens où la population chinoise attache encore très peu d’importance aux enjeux écologiques que connaît notre bonne vieille planète. On ne vous parle pas de réchauffement climatique (trop sujet à débat), mais uniquement du simple reflexe de jeter un paquet de gâteau à la poubelle plutôt qu’en pleine nature. Et les poubelles, c’est pas ce qui manque, dans les parcs et dans les villes, en Chine. Qu’on soit écolos, anti-écolos, ou indifférent, on ne peut pas nier que jeter un déchet à la poubelle, c’est toujours mieux que de le laisser au contact de la faune et de la flore pendant des centaines d’années, et ça demande rarement beaucoup d’efforts.

La vue est pas dégueu' hein ?

Visite du Parc Naturel

         Notre première ballade commence à l’entrée Est du parc, par un chemin dans la forêt qui longe une rivière. Puis, s’ouvre à nous cette brèche qui nous entraine dans une ascension folle de 3000 marches (Entre 1h30 et 2h30 selon le rythme) et nous mène sur le plateau de la Montagne Hallelujah. Nous empruntons alors un sentier accroché à la falaise, et sommes comme suspendus au dessus du vide, face à une vallée de pics karstiques qui font l’originalité du parc : une forêt de longues épées de roche qui s’élancent vers le ciel. Il y en a une multitude, de quoi se sentir dans un paysage cinématographique. D’ailleurs ça ne vous rappelle rien ? Les plus connaisseurs d’entre vous l’auront surement reconnus, ce lieu a servi de terrain de jeu au réalisateur d’Avatar pour y tourner une grande partie des images du film !

Pics Karstiques

Prendre un maximum de photos nous démange, mais difficile de faire tenir un paysage aussi gigantesque dans un tout petit objectif d’appareil photo numérique. Avis aux amateurs : venez équipés. Du coup, on range l’engin pour profiter au maximum de cette vue unique.

Bien sur, qui dit lieu touristique dit aménagements et attrapes touristes. De nombreuses terrasses de point de vue offrent un atout de taille pour admirer le paysage, tandis que les quelques échoppes postées en haut des 3000 marches vendent des rafraichissements à prix exorbitants, pendant que des photographes vous proposent de poser devant la vue ou sur une statue d’Avatar pour quelques yuans.

L'amour à la chinoise

Au détour d’un virage, le sentier permet également de contempler un pont naturel qui, comme taillé dans la roche, semble être devenu l’homologue du Pont des Arts parisien, à la mode chinoise : des milliers de cadenas gravés par des couples d’amoureux sont enchevêtrés les uns sur les autres et recouvrent les rambardes. Pas facile de faire tenir tout l’amour d’1,5 milliard d’habitants sur quelques dizaines de mètres.

Le parc de Wulingyuan nécessite au moins 2 jours de visite. Peut-être un peu moins si vous optez pour les solutions payantes qui s’offrent à vous : entre 30 et 80Y la remontée mécaniques pour économiser du temps et de l’énergie. Elles valent sans doute le coup pour admirer le paysage en étant suspendu dans les airs.  Un bus gratuit et régulier permet, une fois en haut de la montagne, de se déplacer rapidement d’un versant à un autre via une route goudronnée qui sillonne à travers les hauteurs du parc, et qui a la réputation de donner le mal des transports aux chinois.

Le 2ème jour, nous nous sommes élancés à toute vitesse sur un second sentier où l’on a eu la chance de sympathiser avec quelques singes juste avant d’aller attraper notre bus pour rentrer à Changsha; la randonnée est accessible par l’entrée Sud du parc.

Serrer la pate à un singe.

Toute la visite en images ici

Bon, de manière générale, pour apprécier le parc de Wulingyuan, faut quand même être pas mal sensible aux cailloux. Ne venez pas si admirer la nature vous ennuie

Demander son chemin à un chinois

         Pour la petite histoire, on était censés ne rester qu’un jour et apercevoir des singes la veille, lors de la descente, en fin de journée. Ce jour là, en haut de la montagne, juste avant d’emprunter le prétendu sentier, nous avions demandé conseil à une cinquantaine de personnes, dont tout un groupe de touristes chinois qui s’étaient concertés pendant 10 minutes autour de la carte du parc, avant de nous inviter à les suivre. Tous, absolument TOUS nous avaient assuré que c’était le bon chemin. Jusqu’à maintenant on a toujours fait confiance sans jamais avoir le moindre problème. On les a donc suivi, naïvement. Manque de bol, au bout d’1h de descente à leurs côtés, certains parmi eux nous annoncent avec un grand sourire que « au fait, sur ce chemin, il n’y a pas de singe je crois. Les singes, c’est de l’autre côté du parc », sans imaginer la déception qu’ils venaient de provoquer ajoutée à la fatigue accumulée sur la semaine risquait de les amener à descendre les 2000 marches restantes à plats ventre en surfant sur leur dos. C’était en fait la première fois que les chinois nous offraient un exemple concret du cliché suivant : le chinois préfère vous dire une connerie que d’admettre qu’il ne sait pas répondre à votre question. C’est bien connu, (cf cliché n°19 de cet article) mais on n’y croyait pas vraiment. Maintenant, on se méfie.

Lila Corre & Hugo Caffarel

Rions Cantonais

Vous aimerez aussi

Fenghuang, dans la plus pure des traditions

Jishou, on ne fait que passer