Le nouvel an chinois n’est pas qu’un défilé de dragons en papier


Le nouvel an chinois n’est pas qu’un défilé de dragons en papier

Le nouvel an chinois débute cette année le 23 Janvier 2012.

C'EST QUOI EN REALITE, LE NOUVEL AN CHINOIS ?

Pour nous autres occidentaux, ce sont ces rayons traiteur asiatique proposant des nems (d’ailleurs, les nems ce n’est pas chinois !), du riz cantonnais ou des dim sum, mis en place pour l’occasion dans nos supermarchés préférés. Dans l’imaginaire collectif, ce sont ces fameux défilés de dragons en papier. En Asie, c’est une fête aussi importante que Noël et la St Sylvestre en Occident.

Mais ce qui ne nous vient pas immédiatement à l’esprit, c’est que le nouvel an en Chine c’est surtout  …

Le Chunyun !

Comprenez : La plus grande migration humaine au monde!

Imaginez 1.3 milliards de personnes se déplaçant à l’intérieur d’un même pays. Pas moins de 3.16 milliards de déplacement sont attendus pour cette année pendant la saison des voyages qui dure 40 jours, jusqu’au 16 février.  La plupart sont des travailleurs migrants et des étudiants universitaires qui s’apprêtent à rejoindre leur famille dans les campagnes. C’est un défi logistique auquel fait face le gouvernement chinois chaque année, avec pas moins de 3 158 000 000  personnes dans les avions, les trains et sur les routes.

Malgré tous les efforts du gouvernement,  le système ferroviaire chinois est insuffisant pour faire face à la demande colossale de billets de train et nombreux seront ceux qui ne pourront pas acquérir le fameux sésame pour rejoindre les leurs. Malgré les températures négatives de certaines provinces, des migrants font la queue pendant toute une nuit sans nécessairement parvenir à acheter un billet !

Beaucoup d’étudiants tentent d’acheter des billets sur une plateforme internet mis en place pour la première fois cette année, mais même lorsque l’achat est validé, ils ne sont pas sûrs d’obtenir un billet. Certains auront recours à des revendeurs du marché noir, qui achètent des tickets en masse et les revendent aux plus offrants. Même une fois monté dans le train, tout n’est pas gagné. Les distances sont longues en Chine et il n’est pas rare pour eux de passer plusieurs heures dans des conditions de voyage épouvantables, entassés dans les wagons, parfois sans accès aux toilettes. Mais ils sont prêts à tout pour connaitre la joie des retrouvailles, qui a vite fait d’effacer ces moments cauchemardesques.

Malheureusement, tous n’auront pas la chance de retrouver leur famille pour cette fête majeure de la communauté chinoise.  200 millions de travailleurs migrants essaient de regagner leur foyer, mais ce regroupement familial a un prix.

TROIS TEMOIGNAGES ETONNANTS*

Xu Xiaoyu, originaire du Jiangxi et travaillant à Shanghai dans une entreprise de livraison ne rentrera pas chez lui cette année « Je dois dépenser 2000 yuans rien que pour le transport et ensuite encore 8000 pour les cadeaux. Je ne peux pas me le permettre cette année, je ne rentre qu’une fois tous les 4 ou 5  ans. » .

Dans certaines professions, partir pour le nouvel an signifie perdre son salaire « Je ne rentre pas cette année. Dans mon métier, nous n’avons pas droit aux congés annuels ou de congés pour raison exceptionnelle. Nous ne pouvons pas prendre de jour sans avoir une retenue sur salaire », précise Wu Yue, balayeur dans le métro de Shanghai.

Un autre cas plus…original, comme celui de Chen Changqing, originaire de la province de l’Anhui, fait partie de ceux qui sont motivés à rentrer chez eux pour des raisons que l’on ne soupçonne pas  «  Nous venons d’un village traditionnel, si nous ne rentrons pas chez nous pour le nouvel an chinois, les gens vont parler dans notre dos et dire que nous ne sommes pas venus rendre visite à nos parents ».

Bref, pas de répit pour les inégalités même lors du Nouvel an Chinois. Les plus aisés auront la chance de rejoindre leur famille en avion, les plus démunis continueront de travailler dans l’espoir de peut-être pouvoir rentrer chez eux l’année prochaine.

Aviez-vous connaissance de cette facette du nouvel an chinois ?

*Source : That’s Shanghai Jan. 12