L’art de la Négociation

En Chine, il est activement conseillé de faire du bargaining (marchandage). Et comme Hugo a toujours adoré ça, il ne loupe pas une occasion de jouer le jeu. Résultat : 5% sur l’achat de nos téléphones portables chez Suning, un grand magasin, et 10% sur les draps dans une enseigne de type Galeries Lafayette.

Bon, lorsqu’on convertit en €uro, on réalise qu’on ne négocie pas grand chose : avec les 10% sur l’achat d’une parure, on économise 40Yuan. C’est une grosse somme en Chine, mais ça ne représente qu’une économie de 5€ !

Mais on s’amuse à élaborer de nouvelles techniques et on test la patience des chinois en tentant d’obtenir de plus grosses réductions.

Aujourd’hui on a même apprit nos 2 premières expressions chinoises grâce à un chauffeur de taxi qui parlait quelques mots d’anglais:

– Combien ça coûte : To sao tchein(g) ?

– C’est trop cher : Taille kuai(é) la !

Car effectivement, la première étape d’une négociation en Chine, c’est de s’étonner du prix du produit que l’on souhaite acheter. La 2nde, c’est de faire comprendre au vendeur qu’on souhaite absolument acheter son produit. La 3ème, c’est de poser des questions, de chipoter sur des détails, de s’intéresser à la fabrication…bref, de faire travailler le vendeur le plus longtemps possible pour lui donner envie de conclure sa vente. La 4ème, facultative, est de déceler un défaut sur le produit (avec ça, c’est dans la poche). L’avant dernière, c’est de proposer un prix scandaleusement bas, puis d’accepter de le revoir légèrement à la hausse. La dernière, c’est de faire mine de partir et d’abandonner l’achat du produit. Et 4 fois sur 5, le vendeur vous demandera de revenir et acceptera votre proposition

Autre anecdote dans le cadre de la vente : récemment, une vendeuse a voulu entuber Hugo. Aux vues de sa bonne petite tête d’européen, elle pensait qu’il ne saurait pas faire la différence entre un billet de 1 Yuan et un billet de 1 CENTIME de Yuan. Voyant qu’Hugo avait capté l’astuce, elle a fait mine de ne pas comprendre, jusqu’à ce qu’il insiste suffisament pour que les 2 vendeuses se mettent à rire d’un air gênée, et échangent le billet de 1 centime contre un billet d’un yuan.

Le chinois est futé. Toujours faire attention à sa monnaie. Car cette même expérience s’est déjà produite à 2 reprises.