04/09/11- Première journée, premières impressions

Ni hao,

Voici le récit de notre arrivée en Chine.

Atterrissage à minuit à Guangzhou, dans un aéroport désertique. On passe par le bureau de l’immigration (que nous avons pu franchir grâce à notre VISA, youpi!), puis on se précipite pour récupérer nos valises (nous avons réalisé plus tard que nous n’avions même pas pris le temps de vérifier l’intérieur de nos valises pour s’assurer que c’étaient bien les nôtres). Les agents du staff ne parlent que quelques mots d’anglais, juste de quoi nous apprendre que tous les bureaux de change sont fermés à cette heure-ci, alors que nous n’avons pas le moindre yuan en poche pour pouvoir parcourir les 40 kms qui nous séparent de notre hôtel. Finalement, on a réussi à en trouver un, qui se rince correctement sur les taxes et nous échange nos euros à un taux de 1 pour 8,4 (80€ = 611 Yuans). S’en suit 1h de trajet en bus puis taxi.

Karaoké dans le bus de nuit

Et on ne dirait pas comme ça, mais s’assurer d’être dans le bon bus, comprendre le prix du billet, descendre au bon arrêt, expliquer notre destination au taxi driver, et s’assurer qu’il connaît la route, c’est pas évident sans parler un traitre mot de chinois, et après 19h de voyage. Alors tu fais des signes en passant pour un singe européen (ou pour un portefeuille à plumer ?), tu prononces quelques mots clefs en anglais au cas où, tu montres des dessins (merci aux copains de KLB Group pour le G’palémo du Routard, cadeau qui s’avère bien utile!) et tu croises les doigts.

Et tout s’est bien passé. C’est à 3h du matin que nous avons mis un pied dans l’hôtel que notre buddy avait réservé pour nous. D’ailleurs on ne vous a pas parlé du principe des buddies ? En fait, l’université a affecté un étudiant chinois à chaque étudiant étranger. Il a pour mission de nous aider sur place dans les démarches administratives, la location d’un appartement etc… Et le mien, Devin, nous a déjà pas mal aidé pour préparer notre arrivée. La réceptionniste de l’hôtel a d’ailleurs cru bon de l’appeler en pleine nuit pour s’assurer que nous comprenions bien la somme que nous devions régler. La vie de buddy n’est pas évidente.

On découvre un hôtel plutôt correct (Training Apartment Hôtel), la chambre est très grande, et il y a la clim et une fontaine à eau (tiède). 198 Yuan la nuit pour 2 personnes, soit environ 11€ chacun. Le matelas est aussi rigide que du bois, et là encore on n’exagère pas. Ca nous rappelle les nuits dans la tente auxquelles on est habitué, donc ç’est pas ça qui nous a empêché de dormir. L’hôtel se trouve dans le campus de l’université de Sun Yat Sen où nous allons étudier. D’ailleurs, il est aussi grand que le 1er arrondissement de Paris, et la végétation luxuriante y est toute aussi tropicale que le climat. Ce qui nous amène au premier gros changement que l’on va devoir apprendre à supporter : la chaleur moite ambiante ! 35° accompagnés d’une humidité à faire frémir les murs des appartements les moins bien isolés de Paris.

La jungle du campus de l'université

Quant au programme pour les prochains jours, il est assez pragmatique et trivial : trouver de quoi se nourrir, de quoi se loger, et de quoi payer tout ça.

Ce soir, nous revenons d’une soirée avec les autres étudiants internationaux. Un repas avec 50 étudiants dans un restaurant du campus, suivi d’une session Karaoké (clichéclichécliché). Une soirée pleine de rencontres avec des italiens, des allemands, des américains, des suisses… Le tout était un peu orchestré à la façon d’un speed-dating où il faut se dépêcher de se faire des potes et trouver ses futurs collocs, mais c’était très agréable pour clôturer en douceur notre première journée sur le continent asiatique.

 Au revoir ! (désolé, on n’a pas encore appris le mot chinois pour le dire J )