05/09/11 – Notre 1er contrat chinois

Emplis de bonne volonté, nous avions prévu de nous lever à 7h ce matin pour rejoindre nos potentiels roomies à 8h. Mais c’était sans compter sur le fameux « jetlag » et sur les milles et unes pensées et interrogations qui traversent notre esprit après une longue journée riches en rencontres et découvertes. N’ayant pas réussi à s’endormir avant 4h du matin, la journée promettait d’être longue puisque nous avons bel et bien assuré ce rendez-vous.

Les futurs collocs

Les futurs collocs'. Vous reconnaissez Lila et son petit sac à dos bleu. A sa droite : Melina, John, et une chinoise qui tape l'incruste sur la photo.

Comme nous vous l’avions annoncé dans le dernier article, une des missions du jour était de trouver un toit. Nous avons donc retrouvé les deux étudiants, Melina (suisse germanophone, petite blonde au sacré caractère) et John (californien, 28 ans, sosie de Jude Law) avec qui nous envisagions de partager un appartement. Sans perdre une minute nous nous dirigeons vers une agence conseillée par l’ensemble des étudiants ayant déjà trouvé un appartement à Guangzhou (oui maintenant nous dirons Guangzhou et non Canton, il va falloir s’y faire, on est en Chine !). Alors bien sur, ça fait très moutonnier et ce n’est pas dans nos habitudes de baroudeurs, mais à vrai dire, l’appartement est pour nous quelque chose d’uniquement fonctionnel et nous ne souhaitions pas perdre trop de temps là dessus, afin de pouvoir découvrir la ville rapidement.

On nous avait parlé de la redoutable efficacité et rapidité de ces agences de location, mais nous sommes restés ébahis lorsqu’à peine 5 minutes après avoir mis les pieds dans Tang Zheng Property, nous avons été pris en charge par l’agent immobilier qui nous a conduit vers notre premier appartement. Il est 10h30 (oui on a un peu trainé depuis 8h nous avions notamment prévus de nous inscrire à l’université, mais vous comprendrez dans un prochain article par quoi nous étions retardés), nous commençons notre rallye des visites sous une chaleur étouffante avec notre agent chinois qui, vêtu d’un pantalon noir et d’une chemise à manche longue, n’a pas l’air particulièrement perturbé alors que nous sommes déjà en nage.

Au fur et à mesure que nous visitons 1,2 puis 3 appartements se met en place un manège infernal où King, notre adorable guide est rejoint petit à petit par d’autres agents qui dégainent leurs téléphones à la façon d’un Lucky Luke de l’immobilier afin de nous trouver toujours plus d’appartement à visiter.

Trouver un appartement en Chine n’est pas une mince affaire pour nous petits occidentaux car le mode de vie des Chinois et donc les critères pour trouver un appartement ne sont pas les nôtres. Souvent, beaucoup d’objets et de restes laissés par les anciens locataires jonchent le sol, et le ménage pré-état des lieux ne semble pas être une nécessité pour convaincre le futur locataire. L’avantage, c’est qu’en Chine le moindre désaccord ou défaut dans l’appartement peut faire l’objet d’un arrangement avec le propriétaire.

Finalement, c’est au bout de la 7e visite que nous trouvons notre Home Sweet Home : un appartement situé Binjiang Road, dans la résidence Blue Garden. L’appart’ est moderne, meublé et équipé. Il y a 3 chambres et 2 salles de bain. Nous sommes à 5 minutes à pied de la porte nord du campus de l’université (info : il faut 30 minutes de marche pour traverser le campus du nord au sud, mais nos cours auront principalement lieu près de la porte nord). Tout cela pour moins de 150€ TTC par personne. Il est 13h30 et nous sommes tous les 4 rincés (dans tous les sens du terme) mais sacrément soulagés.

Salon appartement.

Le salon de notre appartement. Ce que vous ne distinguez pas bien sur la photo : un sofa hyper confortable, et une TV avec lecteur de DVD. Et un bon balcon en arrière plan.

Les 2 mois de caution + 1 mois de loyer + ½ mois de loyer de frais d’agence nous rappellent la France, excepté quand on apprend qu’on doit régler en cash. Malheureusement les retraits de cash nous sont plafonnés au distributeur. Nous n’avons pu régler « que » 6500 yuan à 4 dans un premier temps (= 70€), que nous promenions en petite coupure de 100 Yuan (soit 65 billets en poche, mais c’est monnaie courante ici).  S’en suit une phase de négociation avec l’agence, qui n’en est pas vraiment une puisqu’en Chine tout problème a une solution et le plus souvent la réponse à nos demandes est « okay, no problem ». Par contre, on découvre parfois quelques frais supplémentaires par la suite (comme les frais de gardiennage, puisque notre résidence est surveillée 24h/24)…

La cuisine n'est pas bien grande mais sa modernité et sa propreté nous ont plu !

Il est 18h : 7 appartements visités, 1 que nous adorons, puis on shake a hand avec Bob, un autre agent adorable qui avait pris le relai de King (les chinois ayant à faire aux étrangers se choisissent tous des prénoms occidentaux), on rencontre le propriétaire lors de la signature du bail, et on signe notre 1er contrat en chinois. Evidemment nous ne comprenions rien à ce que nous avons signé, car nous étions livrés à nous mêmes, sans buddy pour faire la traduction. Nous avons simplement fait confiance à l’agent qui nous traduisait chaque partie du contrat. On vous dira plus tard si on s’est fait roulés. Etat des lieux entrant sur les coups de 20h, remise des clés, et nous voilà locataires, et même colocataires !

Un record de rapidité qui ne pourra jamais être égalé par les visites d’appartements parisiens durant lesquelles 35 individus désespérés attendant en bas de l’immeuble que le visiteur précédent n’ait pas craqué pour cette irrésistible et minuscule chambre sous les toits à 700€/mois (hors charges) qu’il ne sera même pas sur d’obtenir bien que proposant de payer un an de loyer à l’avance. Ah, d’ailleurs, les chinois se contrefichent de savoir quel est notre statut, et que font nos parents. Nous avons simplement du fournir notre passeport, c’est tout.

Repas chinois. Le passage de la commande était cocasse. 6 occidentaux se baladant dans tout le restaurant pour montrer du doigt à la serveuse les photos des plats que nous souhaitions manger. Résultat : 4 très bons plats sur 6 commandés. Un bon score.

Et pour fêter cela, rien de tel qu’un typique repas chinois découvert au hasard dans les rues trempés de Guangzhou (il a plu des cordes ce soir, mais heureusement l’agence nous a prêté des parapluies en sortant de chez eux) partagé entre foreign students. D’ailleurs nous avons mangés deux fois chinois aujourd’hui et nous ne sommes toujours pas malades ! Mais on vous tient à la courante…euh…au courant.

On vous fait des gros bisous, et merci à tous ceux qui laissent des commentaires sur le blog, ça nous fait bien plaisir.

Hugo & Lila

PS : Nous n’avons toujours pas vu un bout de ciel bleu depuis notre arrivée. Les mauvaises langues diront que c’est la faute à la pollution, les autres diront que les mauvaises langues ne sont que des écolos réac’. Pourtant on vous le jure, la journée est grise du matin au soir. Mais pas notre moral🙂