Petite fille écrasée, non assistance à personne en danger, population sous le choc

20/10/2011

Vous avez sans doute déjà tous vu ou entendu parler de cette vidéo assez insoutenable qui soulève son lot d’interrogations dans le monde entier (puisque l’affaire a déjà été relayée par des centaines de médias), mais aussi et principalement ici, en Chine !

Pour ainsi dire, cet après midi, notre professeur de Chinese Management and Legal Aspects of Business commença son cours sans même une introduction, en nous diffusant la vidéo pour ensuite connaitre nos réactions d’occidentaux.

La réaction générale est simple : beaucoup d’incompréhension, et pas mal de dégoût. Sa réaction à elle : honte de son pays et incompréhension. Au moins c’est dit.

Comment expliquer le comportement de ces 17 passants qui, indifférents, laissent la gamine agoniser sur le bord de la route, ainsi que celui du conducteur responsable de l’accident ?

Non ce n’est pas parce que c’est une fille et qu’en Chine, on préfère les garçons parce que les filles coûtent cher quand elles se marient… Non ce n’est pas nécessairement dû à un égoïsme et un individualisme sans faille. Non, ce n’est pas non plus parce que le conducteur ne voulait pas risquer de perdre son poste en prenant du retard sur sa livraison.

En réalité, l’explication ne va pas chercher bien loin, il suffit en fait de connaitre quelques éléments de la législation chinoise :

– La notion de « non assistance à personne en danger » n’existe pas en Chine: il n’y a aucune « obligation » d’aider une personne en danger, aux yeux de la loi chinoise. En France, l’enquête sera généralement conclue par un « homicide involontaire » dans des cas similaires.

– Si le responsable de l’accident emmène la blessée à l’hôpital, il sera désigné comme responsable de la personne puisqu’il est coupable de l’accident, et devra alors prendre en charge l’ensemble des frais médicaux (et on évitera de parler de remboursement et de sécurité sociale). Chine Informations rappelle un fait marquant, datant de 2006 : »Un homme avait transporté à l’hôpital une vieille femme après une chute. Celle-ci étant décédée, il fut poursuivi par la famille et condamné à payer 40% des soins. Pour le juge, « il n’aurait jamais porté assistance, s’il n’avait été mû par un sentiment de culpabilité » ! »

– Si un passant non responsable de l’accident l’emmène à l’hôpital, il risque par la même occasion d’être considéré comme coupable de l’accident aux yeux des forces de l’ordre, faute de preuve démontrant le contraire, et donc de payer des dommages et intérêts et de s’attirer de sérieux ennuis selon l’issue de l’hospitalisation du blessé.

Il faut aussi savoir que culturellement, les chinois apprennent dès leur plus jeune âge, grâce à leurs parents, à ne jamais s’occuper des affaires des autres.

En parlant des parents, on est en mesure de se demander où étaient ceux de la gamine qui trainait seule dans la rue ? En fait, nombreux sont les enfants qui, en Chine, sont livrés à eux mêmes pendant que les parents travaillent. Pas de baby-sitters pour les plus pauvres de ce monde.

Comme pour en finir de nous écoeurer, voici ce qu’on peut lire dans un article de Libération au sujet du conducteur qui a pris la fuite après avoir roulé sur l’enfant : « Il a expliqué avoir agi ainsi par crainte d’avoir à payer des frais d’hôpital : «J’ai pensé que ça me coûterait moins cher si elle était morte.» « 

Bref, on aimerait que cette vidéo ne soit qu’un montage, mais la petite Wang Hue existe bel et bien, et son état est proche de celui d’une mort cérébrale à l’heure actuelle.

Ayons une pensée pour cette gamine et ses parents, croisons les doigts pour qu’elle survive, et que le drame qu’elle aura vécu puisse bousculer les esprits en Chine au point d’entrainer de profonds changements dans les mentalités.

Impossible de s’arrêter là sans se poser tout un tas de questions :

Quelles seraient les conséquences sur le comportement des chinois si leur loi changeait en faveur d’une lutte contre la « non assistance à personne en danger » ? Peut-on jeter la pierre à un peuple qui, comme partout ailleurs, est conditionné par son environnement politico-légal et a appris à ne jamais remettre en question son gouvernement et sa loi ? Et si les lois chinoises n’étaient en fait que la conséquence d’un comportement chinois immuable ?

Et enfin, combien de scènes comme celles-ci se produisent chaque jour, en Chine ou ailleurs, sans qu’une caméra de surveillance n’en permette la retransmission dans les médias ?

EDIT 22/10/11 : Wang Hue est décédée à l’hôpital des suites de ses blessures. On va pas vous cacher qu’à notre incompréhension et notre dégout est venue s’ajouter de la colère. Pourtant, ce pays n’est pas le notre. Mais y vivre contribue à se sentir plus concerné par l’ampleur du problème. En espérant vous transmettre ce ressenti en partageant nos impressions.

Hugo & Lila – 21/10/2011